CNES : « De l’espace pour la Terre »

Logo CNESAller dans l’espace… Une perspective qui en ferait rêver plus d’un ! En France, c’est le Centre National d’Études Spatiales (CNES) qui garantit, depuis 1961, l’accès autonome à l’espace. Toutes proportions gardées, le CNES est l’équivalent français de la NASA américaine. Quel rapport avec la robotique me direz-vous ? Comme nous l’expliquions dans ce billet lorsque nous parlions du robot Robonaut 2, il ne fait aucun doute que robotique et conquête spatiale sont étroitement liées. Où que nous désirions aller dans l’univers, les robots nous y précèderons, afin de préparer notre arrivée. Dans ce domaine, la France n’a pas à rougir de ses avancées technologiques, grâce aux moyens déployés par le CNES.

Apprenez-en davantage sur les projets du CNES dans la suite de ce billet, et notamment sur l’avenir des robots français dans l’espace.

Tour d’horizon rapide du CNES

Le CNES en quelques mots

« Etablissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), le Centre national d’études spatiales (CNES) est chargé de proposer au gouvernement la politique spatiale de la France au sein de l’Europe et de la mettre en oeuvre.

A ce titre, il « invente » les systèmes spatiaux du futur, maîtrise l’ensemble des techniques spatiales, et garantit à la France l’accès autonome à l’espace.

Acteur majeur de l’Europe spatiale, le CNES est force de propositions pour maintenir la France et l’Europe en tête de la compétition mondiale. La participation de la France à l’Agence spatiale européenne (ESA) est également assurée par le CNES. » (d’après le site du CNES)

Les centres du CNES dans le monde

Batiment du CNESLe CNES dispose de trois centres en France : le siège social de Paris, le Centre Spatial d’Evry, direction des lanceurs (DLA) et le Centre Spatial de Toulouse, véhicules et systèmes orbitaux. En outre-mer, le CNES détient également le Centre Spatial de Kourou, en Guyane, véritable port spatial de l’Europe, duquel partent notamment les fusées Ariane.

Si vous recherchez un stage sur l’un de ces sites, voir en fin d’article.

Les programmes du CNES

Ariane et l’ESA

Moteur de l’Europe spatiale depuis les années 60, le CNES a contribué très concrètement à la création de deux emblèmes internationaux : le programme des lanceurs Ariane, proposé en juillet 1973 lors de la Conférence spatiale européenne, et l’ESA (European Space Agency) dans les années 80, qui bénéficie dès sa création des travaux du CNES sur le programme Ariane.

Famille des lanceurs Ariane (génération 1 à 5)

Famille des lanceurs Ariane (génération 1 à 5)

Comme le déclarait en 1973 Charles Hanin, Président de la conférence spatiale européenne : « Ariane est un symbole fort de ce que l’Europe est capable de réaliser lorsqu’elle est unie ».

Décollage lanceur Ariane 5

Décollage d’un lanceur Ariane 5

Grâce à leur puissance et leur fiabilité, et au crédit que leur accorde l’Agence Spatiale Européenne, les lanceurs Ariane ont en effet permis à l’Europe de se hisser au rang de 3ème puissance spatiale mondiale. Aujourd’hui, le lanceur Ariane V est considéré comme le moyen d’accès à l’espace le plus fiable au monde.

La saga des fusées européennes par CNES

De multiples autres programmes

En parallèle de cette mission d’accès à l’espace, le CNES développe de nombreux autres programmes de recherche, regroupés sous quatre grandes bannières (cinq en comptant l’accès à l’espace) : « Terre, environnement et climat » , « Applications grand public » , « Sciences spatiales » et « Sécurité et Défense » .

Dans le domaine qui nous intéresse tout particulièrement ici, à savoir celui de la robotique, notons l’existence de deux programmes d’exploration robotisée de Mars au sein du CNES.

Mars Science Laboratory

Le premier, le MSL (Mars Science Laboratory) vise à déterminer si la vie a pu exister sur la planète Mars, en se basant notamment sur l’existence de fossiles. Lancé à l’initiative de la NASA, ce programme enverra sur la planète rouge le rover Curiosity en novembre 2011.

Ce dernier, doté d’une charge scientifique de 80 kg, sera le plus gros robot jamais envoyé sur un sol extraterrestre.

Trois générations de robots martiens : Spirit (à gauche), Sejourner (au centre) et Curiosity (à droite)

Trois générations de robots martiens : Spirit (à gauche), Sejourner (au centre) et Curiosity (à droite)

Pour atteindre ses objectifs, Curiosity sera doté d’une dizaine d’instruments scientifiques, dont deux seront fournis par le CNES : le ChemCam (analyse de la composition des roches jusqu’à 9m de distance) et le SAM (détection de composés carbonés associés à la vie).

Curiosity (mission Mars Science Laboratory), développé par la NASA et le CNES

Curiosity dans une chambre de test de la NASA

Le lancement de Curiosity est prévu pour le 25 novembre 2011, avec une fenêtre de tir s’étendant jusqu’au 18 décembre. Le voyage vers Mars durera environ neuf mois. Rendez-vous donc à l’été 2012, pour les premiers tours de roues de Curiosity !

Page de la mission sur le site du CNES

Site officiel de la mission MSL (NASA)

IARES

IARES sur un site de test du CNES (crédit : CNES)

IARES sur un site de test du CNES (crédit : CNES)

Autre programme, autre robot, IARES devrait poser ses roues sur le sol martien en 2018. Actuellement en développement au Centre Spatial de Toulouse, ce petit robot de type Rover est comparable aux deux robots Spirit et Opporunity, lancés en 2003 par la NASA pour explorer la planète Mars. Très peu d’informations sont aujourd’hui disponibles sur les missions qui seront attribuées à ce petit voyageur de l’espace, si ce n’est la documentation technique fournie par le CNES.

IARES-CNES-Complex-Obstacle-Negotiation

IARES : négociation du franchissement d’un obstacle complexe, grâce à la déformation du châssis du rover. (crédit : CNES)

CNESTweetUP !

Enfin, terminons ce billet sur une information d’actualité : le CNES a mis en place un Tweetup (= rencontre entre internautes du réseau social Twitter, autour d’un sujet particulier), à l’occasion du prochain décollage du lanceur Ariane V, qui aura lieu le 20 septembre prochain à partir de 23h (heure de Paris).

Echanges entre les internautres et le CNES sur Twitter lors d'un précédent livetweet.

Echanges entre les internautes et le CNES sur Twitter lors d’un précédent livetweet.

Vous pourrez suivre ce lancement en direct depuis le site du CNES ainsi que sur Twitter, au hashtag #CNESTweetup, et en suivant un ou plusieurs des douze bloggeurs sélectionnés pour l’occasion :

@Brigitte_Ba, @barrabe, @Coyau, @timmermansr, @Charlottepoupon, @ici_noel, @arnlen, @cpamoa, @benoitmflach, @romaincolin, @Pryscy, @pgauti

 

Grâce à ses nombreux projets et à sa participation active aux programmes de l’Agence Spatiale Européenne, le CNES permet aujourd’hui à la France de faire partie des leaders européens. Nous ne manquerons pas de suivre ici les prochaines missions du CNES liées à la robotique, en espérant qu’elles soient nombreuses et couronnées de succès !

 

Pour aller plus loin

- Les prochains lancements depuis la base de Kourou : https://www.arianespace.com/news/mission-status.asp

- Le Tweetup du 20 septembre : https://www.cnes.fr/web/CNES-fr/9536-decollage-d-ariane-c-est-vous-qui-en-parlez-le-mieux-.php

- Les offres d’emploi du CNES sur ses différents sites : https://www.cnes.fr/web/CNES-fr/175-stages-2011-2012.php